lundi 31 décembre 2012

Suicides: la Tunisie et l’Algérie font l’actu


Deux actus pas vraiment joyeuses, la première sur la menace de suicide de professeurs tunisiens au chômage, la seconde sur les peines de prisons pour les algériens qui menaceraient de s’immoler et qui se rateraient…
Des instituteurs au chômage ont tenté de mettre leurs menaces à exécution à travers un suicide collectif, jeudi 27 décembre 2012, en essayant de se jeter des fenêtres des locaux de la délégation régionale de l’éducation, selon le journal Le Temps. Mais, la police a pu les convaincre de revenir sur leur décision et les faire quitter les lieux sous escorte.
Ces chômeurs, qui étaient en sit-in dans les locaux depuis plus de 45 jours pour réclamer leur recrutement, ont reçu la promesse des responsables qu’ils seront prochainement embauchés. Notons que trois personnes parmi les protestataires ont été arrêtées pour complément d’enquête.
Source: Businessnews
Le pouvoir central algérien ne cesse d’étonner le monde entier sur les lois qu’il impose. Selon le quotidien l’Expression, les candidats à l’immolation par le feu seront jugés et sont passibles d’une peine d’emprisonnement. Une sortie qui en a étonné plus d’un. 
« De nouvelles instructions ont été données aux différents services de sécurité de procéder à l’interpellation de tous les candidats téméraires à l’immolation et au suicide et leur présentation devant la justice », et ce « après les amendements proposés au Code pénal en 2008, où il est relevé notamment, l’incrimination de « la sortie illégale du territoire national », ajoute le journal qui cite une source sécuritaire informée. La peine varie de 2 à 4 ans.
Source: Tamurt